Une ligne rouge franchie.



  • Une ligne rouge franchie.

     

    Le 3 décembre dernier, je publiais une photo de mes nouvelles chaussures.

    Une vraie photo, faite après réception du colis (pas un extrait de catalogue).

    Pas moins de cinq paires ont rejoint mes armoires pourtant déjà débordantes.

    Cette photo oubliait volontairement une sixième paires et pour cause,

    cette sixième paire fut une déception totale, impossible d’y entrer mes pieds.

    Blackfriday oblige, le coût du retour au fournisseur était à ma charge,

    Et cher, très cher, le retour.

    Je me suis donc résolu sans grand espoir à publié une proposition à votre intention :

     

    Escarpins andrès machados en Soft Bleu Marine 44 AM5292SOFTMARINO trop petit pour moi qui les veux ?

     

    4 réponses seulement parmi 291 amies virtuelles (sur F.), oups

     

    Mais parmi ces réponses il y en avait une réponse de …

     

    LUCIE (souvent remplacée plus loin par ELLE)

     

    « Ah ça m’intéresserait ! »

     

    Moi

     

    « Bonjour tu peux me fournir un endroit où te faire parvenir le colis ? »

     

    « Ou tu passe le prendre (ça ce serait chouette) »

     

    Il est tellement compliqué de me croiser j’en suis bien consciente que cette dernière phrase était un espoir tout petit, minuscule et pourtant …

     

    Un premier rendez-vous fut fixé.

    Une étape dans un plus long périple devait la faire passer pas trop loin d’ici.

    Mais une foutue application GPS en avait décidé autrement ; la faire passer par Bruxelles au lieu de Charleroi. Ca c’était vendredi passé. (Raté donc)

     

    Pourtant une seconde possibilité fut envisagée immédiatement.

    ELLE revenait par ici, mercredi soir et encore vendredi soir…

     

    Notre conversation sur Messenger m’avait conduit à franchir une ligne rouge que je m’étais fixée jusque là. Nos vies bien remplie a toute les deux imposaient de déroger à cette condition que j’avais toujours imposé jusque là.

     

    Pour me rencontrer, il faut être, aussi belle que possible et Moi je me fais aussi belle que possible aussi.

     

    Cela à provoqué jusque là bien d’autres rendez-vous raté,

    Bien des rendez-vous annulé, parfois même alors que j’étais déjà pour ma pars prêt

    Ceci accompagné bien sur de beaucoup de déceptions.

     

    Mais bon, j’ai horreur des barbus bedonnants qui se disent travesti parce qu’ils portent des bas.

     

    Pourtant cette fois, je n’ai pas hésité une seule seconde,

    Il est vrai que ses photos montrent une superbe jeune fille,

    qui pose pour nous avec des cheveux naturels d’une belle longueur,

    ELLE est toujours joliment maquillée et joliment habillée aussi.

    Un peu plus coquine que moi aussi, mais jamais vulgaire (le rêve quoi).

     

    Hier mercredi soir en fin d’après midi, j’étais pourtant sans nouvelle,

    Et j’étais déjà à nouveau en route vers le chemin de la déception,

    Ben oui je suis une nana comme çà, je m’emballe et je retombe …

    Mais je ne sais pas trop pourquoi, malgré cela, j’ai néanmoins tenté un message …

     

    Je ne sais pas ce qu’il se serait produit si je ne l’avais pas fait, mais le lien s’est avéré ne pas être pas rompu, j’étais juste trop pressé de la croiser.

     

    Pourtant je savais très bien que ce ne serait pas ELLE, et aussi que ce serait éphémère au bord d’une route, mais j’étais impatiente … impatiente.

     

    17h39 donc …

     

    « Peux-tu m’indiquer un point de rdv ? »

     

    J’ai vite trouvé un endroit pour que la rencontre puisse avoir lieu une petite heure plus tard.

     

    Je stress (comme chaque fois), et si c’était en définitive un barbu … oups)

     

    Je me gare à proximité,

     

    Elle est là (me dit elle), Petite voiture blanche au fond, Je viens me positionner à coté,

    Un petit signe …

     

    Ce n’est pas un barbu (ouf),

     

    C’est ELLE, elle n’est pas maquillée bien sur mais c’est ELLE

     

    Je n’ai aperçu qu’une tête au travers d’une vitre de voiture, et je regrette déjà …

    de devoir rentrer très vite chez moi …

     

    Je gare mon « char », et je vais à sa rencontre,

    Jeune

    Jolie,

    Je fonds (un peu)

     

    J’ai un relent de cette peur qui m’envahissait lorsque j’étais ados et que je devais effleurer la joue d’une jeune fille. Mais heureusement cette bouffée de timidité est éphémère et nous nous faisons la bise.

     

    Je l’invite à se mettre a l’abri dans mon « char »,

    car il fait frigorifiant ce soir, et j’ai déjà eu largement ma dose de froid pour la journée.

     

    La boite contenant la paire de chaussures proposée est sur le tableau de bord,

    ELLE essaye,

    c’est bon,

    Elles lui vont.

     

    D’autres paires attendent dans un sac sur la banquette arrière

    (Accumulées avec le temps et remplacées par des modèles plus seyants pour moi).

    ELLE les essaye une à une,  toutes semble lui aller.

     

    ELLE évoque un instant un aspect financier, vite balayé je n’ai pas posté cette proposition pour cela, le petit bonheur de cette rencontre me suffit, c’était peut-être un jour de chance LUCIE.

     

    J’espère t’avoir fait plaisir, en te donnant toutes ces chaussures,

    Avec pour seule rétribution le bonheur de t’avoir croisé, 10 minutes sur le parking d’une station service.

     

    J’espère vivement, te revoir un jour,

    et pouvoir partager un peu plus de temps avec toi.

    Mais ce sera ton choix de venir ou pas,

    de te rendre disponible ou pas,

    pour rencontrer ma toute petite disponibilité

     

    Il est 18h45 et j’ai un dîner à préparer et mon train train quotidien qui m’attends …

     

    Kiss ma belle.



  • Coucou Emmanuelle 🙂

    Tu concentres dans ce récit tous les aspects de la vie de travesti. Les espoirs fréquents qui se transforment en ratés, qui s'émoussent et puis finissent par re-fleurir au hasard et parfois de très belles surprises.

    Les fringues qu'on se faisait un plaisir d'attendre puis de recevoir trop petits aussi voire carrément informe. 😞

    Bonne journée à toi