La famille, comment gérez-vous ?



  • @nathalie, comme image peu valorisante, il y a aussi Katia dans Le père Noël est une ordure.



  • Oui, @Nathalie c'est possible qu'ils ne sachent pas trop comment gérer ça... Dommage, du coup ça laisse un truc un peu gênant. On a beau planquer tout, les enfants ne sont pas bêtes et voient sentent aussi les choses. 😉

    Je crois que le fond est que notre particularité n'est pas considérée comme valorisante dans la société et encore plus dans la famille... si seulement ça pouvait être une compétence positive comme une autre ☺



  • coucou,


    Moi ce que j'avais compris de ce qu' évoquait Véronique, c'est un peu comme dans la chanson de l'auvergna de Géorges Brassens...

    " Pas les enfants" Comme si certains ne toléraient pas mais faisant semblant, et que l'image innocente et de préservation lié à l'image d'un enfant pouvais servir de "prétexte".

    Je me fais peut-être trop d'idées... Et je crois que je m'écarte du sujet..aussi ^^



  • Il y avait aussi de ça. De même, les proches peuvent faire bonne figure pour x raisons mais ne jamais accepter vraiment. C'est triste mais assez réaliste je pense 😕



  • Ce printemps, j'ai déjà informé ma fille, mes parents, mes frères, mes belles-sœurs, mes nièces. A l'automne, je vais étendre au cercle des oncles, tantes et cousins-es. Il faut dire que je suis en transition complète et que d'ici qqs semaines, me présenter au masculin sera impossible.

    Je commence à voir régulièrement mes proches en Claire. Etonnamment, comme ils me supportent dans ma transition, ils continuent quasiment à se comporter comme avant en ma présence et c'est moi qui me trouve à gérer plus difficilement. Par moments, je suis à l'aise mais plusieurs fois dans la journée me revient à l'esprit que je suis en rupture avec des années de présence masculine et que je leur impose un effort d'adaptation. Bref, je cogite et évoluer au féminin en leur présence ne m'est pas vraiment naturel, spécialement pour passer de ma voix masculine à ma voix féminine. Un peu comme une personne qui a été élevée dans une région avec un accent marqué, qui y retourne de temps en temps et retrouve son accent sans même s'en rendre compte. Je sens le retour de ces "réflexes" sur la voix mais aussi sur le comportement. Du coup, je me sens en partie une attitude masculine dans une enveloppe féminine. C'est très désagréable.


  • Les amis d'été

    @mélanie 

    Ah oui  beurk et beurk !


  • Les amis d'été

    @gwenaelle,  je suis en femme à temps partiel et c est bien ce sentiment que j ai parfois avec certains 

    Ils font bonne figure mais cela les gêne.  Je viens de mettre une expression sur un ressenti...

    Merci. 


  • Les amis d'été

    Oui, j'ai très peur que certaines personnes fassent bonne figure. C'est une angoise d'imposer à un proche quelque chose qui le dérange. C'est d'ailleurs pour cette raison, que je ne me presente qu'une fois sur 2 (ou 3) en femme.



  • En ce qui me concerne il y a 2 personnes qui sont au courant: ma copine car elle a vécu mon évolution avec moi, et ma soeur à qui je l'ai annoncé il ya 1 an environ et qui l'a très bien pris (je savais déjà qu'elle est très ouverte sur ces sujets). On n'en parle pas plus que ça et elle ne m'a jamais vue à part en photo, mais au moins je peux parler de maquillage et autres "trucs de fille" sans filtre.

    En dehors de ces deux personnes aujourd'hui personne ne sait, même si j'expérimente de plus en plus pour savoir à quel point je peux exprimer qui je suis, et je pense que certaines personnes ont de gros soupçons.

    Je ne pense pas que mon frère soit prêt à l'entendre, mon père n'en parlons même pas, et ma mère je ne sais pas mais je ne ressens pas vraiment le besoin de lui en parler.

    Mes amis... Dur à dire... Mais chaque chose en son temps.

    Tout ça ne répond pas vraiment aux questionnements de Flo dans son poste mais c'est l'état actuel des choses pour moi. J'essaie de faire les choses de façon organique. Aujourd'hui je pense enfin savoir qui je suis à ce sujet ; je n'aurais pas pu en parler à ma soeur avant de le savoir. J'en parlerai aux autres personnes quand je sentirai que c'est le bon moment.



  • Pour ajouter un témoignage extravagant...

    Préambule J'étais déjà tellement efféminée, que j'étais la seule à ne pas savoir que j'étais une femme (bien entendu c'est faux, je le sais depuis toujours que je suis une femme). Pour la famille, pour les collègues, il était devenu normal que je porte des jeans skinny avec des strass ou broderies, des bottes, des talons, et autres articles féminins.

    L'histoire se passe fin Août 2019, je vais avec les collègues du travail déjeuner à la cantine quand je tombe nez à nez sur une jeune femme, qui aurait eu plus sa place au bois de Boulogne que dans une entreprise respectable. Je ne vous dit pas le choc, moi qui traîne un gros passif de trans-identité. Le lendemain, je passais du mode plus ou moins androgyne - ça c'est pour me voiler la face et ne pas dire féminin - en femme "full-time".

    La suite n'a pas traînée. Le premier weekend en famille: Question: "Pourquoi as-tu les ongles vernis (un beau rose saumon)?" Réponse: "Tu ne les trouve pas beau!". Le second weekend en famille: j'ai eu le droit au défilé de la famille les uns après les autres donc chacun s'était plus ou moins bien informé sur le sujet. J'ai bien entendu répondu à toutes leurs questions même très intimes et leur expliquer que je suis dorénavant une femme à temps plein avec un très bon accueil de mes enfants et un peu moins de ma femme (1) qui elle n'apprécie guère malgré qu'elle le sait depuis 20 ans selon ses propres paroles. Au travail, j'ai expliqué que je vivais en femme à plein temps et que certaines modifications pourraient avoir lieu dans le futur. Pour le reste, les voisins et les commerçants le découvrent au fur et à mesure de nos rencontres. Je suis une femme (transgenre peut-être), je l'assume car c'est normal pour moi d'être une femme. Ma mère découvrira sa fille (ou elle le sait déjà?) à l'occasion des fêtes de fin d'année que je passe avec elle et les enfants, BCBG pour Noël et Cruella pour le nouvel an.

    (1) Ma femme m'achète souvent des articles chez Etam lingerie, MSmode, etc. Nous achetons souvent ensemble les mêmes habits féminins (nous avons a peu près la même taille sauf que je suis plus grande). Je suis toujours étonnée de sa réaction. Elle accepte tout sauf la jupe et les cheveux - aller comprendre. Nous sommes quand même sortie toute la famille à Europapark avec moi en Cruella d'Enfer avec cheveux et jupe.