Transidentité et boulot



  • Bonjour tout le monde.


    Je prend aujourd’ hui la parole dans cette partie pour relater une information qui me semble importante de signaler.

    Je viens d'avoir un entretiens avec ma responsable, car j'ai signalé, il y a de ça plusieurs mois, un mal être dans mon travail et que j'aimerais si possible changer de mission.

    Et figurez vous que pour la direction, je me sens mal dans ma mission parce que je suis Trans... Et mieux que ça, du fait que je me sente mal, ma demande d'augmentation est sur le point d'être refusée.

    C'est magique non ? 

    T'est mal dans ton travail ? parce que t'est Trans..

    T'est collègues te fonts la gueule ? bah normal t'est Trans...

    T'est collègues te crient dessus quand tu fait une erreur alors qu'on t'a dit de faire comme ça ? Bah normal t'est Trans...

    Un gars t'a crié dessus au boulot, tu reste devant ton post sans rien dire du coup tes collègues voient que t'est pas bien ? bah normal t'est Trans...

    Des gens meurent en Palestine ? Bah normal t'est Tr.... ha bah non ça marche pas là...

    Enfin Bref, tout ça pour dire méfiance au boulot quand on vous mets en confiance, même pour un sujet de transidentitié... Qu'on vous dit qu'on vous soutiendra...

    ça peux se retourner contre nous et devenir prétexte a tout.. Donc je vous conseillerais de faire attention à  assurer tout de même vos arrières.

    Voila pour le flash info 🙂

    Edit :

    Solutions :

    Penser à se syndiquer avant, cela ne garantis rien, mais on peu parfois trouver une aide précieuse.

    Noter tout les écrits qui se rapprochent à d'éventuelles soucis ( reproches mal placés ou désobligeant, quels qu'ils soient, tentative d’humiliations, etc..)

    http://infosdroits.fr/ladhesio...

    Demander conseil à l'inspection du travail : http://direccte.gouv.fr/

    Docs : 

    http://chrysalidelyon.free.fr/...

    http://www.autrecercle.org/



  • Bonsoir,

    C'est lamentable comme agissement, mais ce n'est pas une nouveauté !

    La première règle et sans doute la plus importante c'est de ne jamais parler de sa vie privée et de sa santé au travail. Il faut compartimenter sa vie !!!!

    Le travail n'est pas un monde d'amis mais un monde de concurrents. Un employeur n'est pas un ami mais quelqu'un qui est là pour t'exploiter.

    Les employeurs utiliseront toujours ta vie privée pour se dédouaner de tout ce qui pourrait les faire condamner au tribunal.

    Si tu as un accident du travail, ils diront que tu avait des antécédants. Si tu est mal au travail à cause de ton patron, ils diront que tu as des problèmes dans ta vie privée.

    Le but d'un employeur n'est pas de respecter l'intégrité physique et mentale des gens, mais juste de ne pas être condamné.

    Les patrons te pousseront à bout, mais légalement, et utiliseront tout ce que tu dira contre toi.  S'ils n'ont rien contre toi ils inventeront, voire trouveront même parmi tes collègues de travail des gens qui feront de faux témoignages contre toi.

    Toutes leurs belles paroles ne sont que de la communication, du flan, de jolis mots pour faire passer la pillule.

    Je le redis, transidentité comme le reste de la vie privée, ne jamais en parler au travail !!!



  • (je vais un raccourci de la discussion sur le chat)

    Malheureusement, la situation est encore pire que cela. J'ai travaillé pour une société qui a voulu promouvoir la diversité LGBTI, avec une campagne de pub et une conférence (deux fois sur deux années). Le directeur et la DRH se sont fait envoyer un nombre très importants de mail/courrier de clients mécontents, avec dans le tas, des pertes de clients.

    Et là... Bon, c'est ça qui est triste. Même si tu as la volonté de promouvoir la diversité, tu te fais descendre par tes clients qui sont malheureusement ta source de revenue 😞

    edit : Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas donner d'augmentation...

    edit2 : En tout cas, garde le courage !


  • Les amis d'été

    Je ne pense pas que l'employeur est forcément un vilain méchant (meme s'il y en a quand les choses tounent mal). Mais il a aussi d'énormes contraintes et certaines personnes ne savent pas communiquer. C'est idiot de relier la transidentité et les problèmes de travail.

    Je rejoint @Johanne-Langlois, quand c'est possible, ne pas donner d'info perso à l'employeur. Le travail est un monde où la concurrence fait des ravages entre collègues, entre managers, entre entreptises... Le seul problème est qu'il faut travailler. Arrrhhh



  • Bon dans tous les cas Gwenaelle il ne faut jamais courber l'echine !

    Pour ma part je parle aux gens, supérieurs hiérarchiques inclus, comme ils me parlent et n'hésite pas à les placer devant leurs propres contradictions. Et dénoncer tout haut ce qu'ils ratent lamentablement ! Du coup ils font vraiement gaffe avec moi.  Ceux qui te jugent sont possiblement pas très propres ...

    Effectivement, comme dit Flo, c'est une bonne excuse de ne pas t'augmenter. Tout est bon pour cela ! Mais eux ? Quelle a été leur progression de salaire sur les dernières années ? 

    Tu est mal ? Mais pourquoi ? Les décisions que prennent ces gens là n'en sont elles pas à l'origine ? Cela évite d'en parler, et ainsi ils transfèrent leur responsabilité sur la tienne.

    Certes Nathalie, tous les patrons ne sont pas mauvais, mais les bons sont quand même très très très très rares ...



  • J'aurais tendance a rejoindre Johanne et Nath sur l'aspect vie privée, mais a la base était-ce une démarche de ta part pour "préparer" le terrain? C'est là que je trouve ça malheureux, grand groupe ou petite PME, j'ai toujours eu tendance aussi a essayer de forger une relation de confiance avec ma hiérarchie. C'est quand elle est bafouée comme tu nous le racontes qu'il y a des moments ou tu te demande si tu as vraiment affaire a des humains...

    On te prétexte le fait d'être mal dans ta mission parce que t'es trans, mais qui vis réellement la situation? et est capable d'en parler en connaissance de cause? Toi pas eux ! Du coup est-ce que tu as pu leur dire que cela n'avait rien a voir et qu'ils étaient complètement dans l’erreur? (Même si face a une grosse structure on est capable de te dire que c'est comme ça et pas autrement)


    Pour reprendre Nath, je ne pense pas que l'employeur soit a tout les coups méchant, mais j'ai l'impression que tu retrouve ça plus dans de petites entreprises ou il y a peu de personnel (donc plus facile de tisser du relationnel). Quand tu travaille pour de grands groupes c'est plus vraiment un employeur as qui tu fais affaire, le mec est juste un messager d'une large échelle hiérarchique derrière.

    - Ne te sous-estime pas vis a vis de ça et prend du recul, ça ne doit pas te remettre en question mais plutôt remettre en question le fait de faire face a de la stupidité 🙂 Courage !



  • Il est rare que je raconte mes aventures, mais là je ferai une entorse, au vu de la situation. (Je précise comme mème de ne jamais, jamais, suivre mon exemple ! Sauf si éventuellement tu maitrise l'art du combat, mais là ça méritait à mon sens, une petite leçon de conduite). Si aujourd’hui je suis libre de mes mouvements, c’était part le biais d’une mésaventure que j’ai subit sur mon lieu de travail, il y a de ça quelques années. Ce matin là j’étais en mode androgyne et maquillé. Je prends donc l’ascenseur et juste au moment d’appuyer sur le bouton, je vois une personne courir vers moi, et je met donc la main devant le capteur de la porte pour empêcher celle-ci de se refermer, afin que la personne puisse monter. Alors déjà, pas de merci et pas de bonjour. Au moment ou l’ascenseur commence à monter, le mec me crache la phrase suivante «Je ne savais pas qu’ici on embauchait des travelos !». A ce moment là, je me met face au mec et j’appuie sur le bouton d’arrêt d’urgence.
    Et là je lui dit «Ta mère est encore de ce monde ?». Le mec ne comprenait pas le sens de ma question et me fait répéter. Donc je réitère la question : «Ta mère est vivante où pas ?». il me répond: "vivante !" Et là je lui met un grand coup de tête. Le gars s’écroule allongé à terre le nez cassé, pissant le sang à tout va. Je m’accroupis devant lui et je lui sors « le problème vois-tu, c’est que maintenant ta mère ne va plus reconnaître ta jolie petite gueule d’enfoiré ! Alors maintenant je te propose deux solutions: la première tu portes plainte contre moi, et si jamais je me fais licencier par ta faute, alors là, je te fais la promesse solennelle, que tu y perdras la vie ! Et ça c’est juste pour t’apprendre à vivre. Où alors je t’offre une seconde solution: je te donne exactement deux jours, pour venir me faire des excuses sur mon lieu de travail, et si jamais tu ne viens pas te présenter le jour J, de ta vie tu regretteras de m'avoir croisé ce jour là. Finalement le mec est venu me faire des excuses, mais ce qu’il ne savait pas, c’est que j’ai tout fait pour que cela se produise pendant une réunion ! Alors là, je vous dit pas l’humiliation en public. Le mec en question, était un patron d’une grosse boîte que je nommerais pas, qui d’après source avait déjà une réputation homophobe. Évidement, il s’est fait virer !!
    Comme quoi, quand tu oses montrer les dents, les gens finissent ensuite par te respecter. Bon je ne vous cacherai pas, que je me suis fait salement remonter les bretelles, avec deux mois de mise à pieds, plus pour le principe. Grosso modo, suite à cet incident, je me suis fait connaître, changer de service, gravir les échelons et aujourd’hui, je m’habille comme bon me semble pour aller bosser.
     
    Merde quoi ! C’est pourtant pas si difficile de dire Bonjour et Merci !



  • @Gwenaelle, l'absence d'augmentation, ou sa faiblesse, s'apparente à une discrimination. Tu pourrais très bien te faire aider d'un-e avocat-e spécialisée dans ce sujet. Contacte-moi si tu veux pour des noms.

    Encore faut-il disposer d'écrits internes à ton entreprise pour montrer que ce n'est pas lié à ton activité professionnelle seulement. Pour le moins, commence à garder des écrits. Il faut même créer ces écrits, par exemple en prenant les devants et en argumentant sur l'irrationnel de ton augmentation. Le pire peut aussi arriver : les managers et RH se disent peut-être qu'il faut t'emmener vers la sortie en 2-3 ans



  • @claire EXCELLENT conseil ! Tu as tout à fait raison, pousser les gens à bout pour les faire dégager, c'est connu !

    Avoir une traçabilité des choses est la meilleure façon de se défendre, en faisant ainsi des pièces qui pourront servir devant les prud'hommes ou au pénal suivant l'ampleur de la chose.

    Pour être encore plus vicieuse, la victime peut retranscrire dans un courriel les propos de sa hiérarchie :

    exemple " Vous m'avez indiqué verbalement le XXXX lors de la réunion YYYY où étaient présents ZZZZ,NNNNN et RRRR, que ma transidentité bla bla bla .... . Je vous rappelle que conformément au code du travail articles XXX et XXX que ces propos constituent une discrimination bla bla bla". Soit la hiérarchie réponds et dément, auquel cas elle mange son chapeau sur les raisons de la non augmentation, soit elle ne dit rien et donc consent ... avec les conséquences que cela aura !

    Très bon conseil Claire.



  • Bonjour 🙂

    J' alimente le sujet en répondant à quelques questions.

    Je précise tout de même que ma démarche en postant ma mésaventure est d'informer les personnes qui souhaitent en parler au travail 🙂

    Me concernant j'ai été cordialement invité à en parler par mon psychiatre, car il fallait identifier les éventuels points négatifs de ma vie pour que je sache vers ou je vais d'un point de vue professionnel. C'est pour cette raison que j'en ai parlé à ma direction 🙂


    Concernant l'aspect juridique @Claire : Ils sont très malins. En fait, il sont sur le point de me refuser mon augmentation parce que " je ne suis pas motivé" dans mon travail et que je doit être capable de laisser "mes problèmes "de coté au travail. Que pour eux, je me sens mal dans mon travail parce que je suis trans'.

    J'ai subit des remarques désobligeantes au travail, à plusieurs reprises, et c'est arrivé en me criant dessus, ce qui m'a blessé. J'ai trop à cœur de faire du bon travail mais c'est comme ça. Sur le coup cela m'a fait culpabilisé et j'ai continué à aller au travail avec la crainte de me reprendre des coups de batons. J'en ai parlé à mes psys, pour eux je n'ai rien a me reprocher, c'est le client qui est en faute. Nous avons analyser ensemble l'histoire et pour eux, aujourd'uit je me sens mal à cause de mon travail.

    Ce qui traduit des choses, notamment qu'ils ne comprennent pas ma situation. Il me semble qu' actuellement la dysphorie est reconnue comme une maladie.

    A mon sens c'est comme si j'était handicapée et qu'on me reprochais de venir en chaise roulante au travail....

    Qu'importe leur décision pour la suite, je vais tout d'abord me syndiquer, ça fait longtemps que je veux le faire mais je n'ai jamais compris comment on faisait.

    Je ne pense pas que je posterais ma conclusion de tout ça. A voir. Le but de ce post était vraiment de mettre en garde tout le monde en particulier celle qui pensent en parler à leur direction et de donner quelques astuces pour se protéger avant.

    Bisous 🙂



  • C'est naturel, tu gères tes données à ta guise, personne n'a rien à te dire là dessus.

    Mais tu as bien fait d'alerter la communauté, cela aura permi à des tas d'infos d'émerger et qui pourraient servir à d'autres copines un jour ou l'autre.

    Ce que tu décris s'appelle du harcèlement moral. Ni plus, ni moins.

    Par contre c'est ta direction qui t'a demandé d'aller voir un psy ? Si c'est ça, mais ... mais qui sont ils ??? Ils ne sont pas médecins, ils n'ont pas à s'exprimer sur des questions médicales, ils n'ont pas d'ailleurs à avoir ce genre d'informations, ni d'en trâiter ! Il n'y a que le médecin du travail qui pourrait t'en parler, mais sachant que tu n'est absolument pas obligée, même au médecin du travail, de parler de ta transidentité. Tu subis un harcèlement au travail, plus un forme de viol, celui de ta vie privée. C'est très très grave !

    Pour te syndiquer, très simple ! Déja tu n'a pas à avertir ton employeur que tu te syndiques, c'est aussi ta vie privée.

    Il faut choisir ton syndicat, chacun à des visions propres du monde du travail et des relations avec le patronnat.

    Deux grands camps pour résumer : les revendicatifs, et ceux qui privilégient leurs relations avec le patronnat.

    Dans les revendicatifs : CGT et FO, dans les autres : CFTC, CFDT et CGC. Après c'est aussi le façon de penser du délégué syndical qui va influer, il peut y avoir des variantes locales.

    Je te conseilles pour faire ton choix de regarder les positions nationales de ces syndicats.

    Par exemple ceux qui ont combattu les reformes des retraites, de la sécu, la loi travail ... et ceux qui l'ont accompagnée. C'est un sujet en exemple, il faut aller vers une organisation dont les positions coorespondent à tes idées.

    Tu pousses la porte du local syndical correspondant, ou tu vois un élu de cette organisation, tu demandes un bulletin d'adhesion et c'est parti.

    S'il n'y a pas de syndicat dans ton entreprise, il te faudra te tourner vers l'union départementale du syndicat correspondant.

    En espérant t'avoir étée utile.

    Bizzzzz



  • Puisque le post est fait pour évoquer les situations dans les entreprises, je reposte ici un extrait des étapes personnelles importantes que j'ajoute à ma page de présentation.

    Je travaille dans une grande entreprise. Mon changement de poste est prévu pour septembre. Les RH et mon futur hiérarchique sont désormais informés de ma transition. Bon voire très bon accueil, comportement neutre et vigilant pour mon intégration dans mon nouveau poste (et avec de nouveaux collègues).

    A venir, un entretien avec le médecin du travail, une réunion d'information pour ma hiérarchie sur la transidentité et une réunion de préparation de mon intégration dans l'équipe (quels messages passer et quelles précautions prendre).

    L'équipe LGBT bénévole qui œuvre pour informer les RH, la médecine du travail, les assistantes sociales, … depuis quelques années a bien préparé le terrain. Ces interlocuteurs savent désormais un peu mieux comment gérer cela. D'ailleurs, à la rentrée, il y aura une session d'information pluri-disciplinaire sur la transidentité pour ces professionnels. Les choses vont dans le bon sens. Je vous en reparlerai si j'en ai des retours.



  • Bonjour A toutes,

    Je suis en phase de récolte d'information :


    Je viens d'y penser en écrivant mais peut-être que les associations sauraient ?

    @Johanne-Langlois : Non ce n'est pas ma direction. Je me sens mal depuis de nombreuses années, j'ai essayer de me débrouiller seule mais sans succès. J'ai consulté une psychologue qui m'a par la suite encouragée à consulter un psychiatre, puis de fil en aiguille voila 🙂

    Par contre si l'employeur ne sais pas ce qu'est la trans-identité, auprès de quelle autorité peut-il faire appel ? En fait, j'ai l'impression qu'ils n'ont pas compris ce sujet.

    Suite à beaucoup de réflexion et en décortiquant la conversation dans mon esprit, j'ai l'impression qu'on ne me reproche pas d'être trans', mais le fait d'être triste au travail ( qui est parfois lié à ma trans-identité) mais qui est principalement lié au mépris que certaines personnes ont pour mon travail ( ils ne sont visiblement pas au courant de ce dernier détail). Du coup ils pensent que je suis démotivée et que ce n'est pas bien pour leur image, donc ça justifie la "sanction". Ou alors ils veulent que je mette ma trans-identité au vestiaire.... Dans ce cas je ne vois pas du tout comment faire... 

    J'ai du coup l'impression d'être dans un fouillis entre ma propre analyse qui n'est pas forcément correcte, de fait de la nouveauté de la situation, et que la leur l'est également.

    Bref, un gros bazar en perspective je crois...


    Merci pour les retours en tout cas



  • Pour que ton entreprise s'informe sur la transidentité, tu peux leur proposer de lire le doc de Chrysalide (http://chrysalidelyon.free.fr/...) et de prendre contact avec L'autre Cercle, regroupement d'entreprises qui désirent favoriser l'inclusion LGBT : http://www.autrecercle.org/

    Par ailleurs, si ton travail est "méprisé", cela ne relève plus de la transidentité, mais de la communication interne. Ton manager direct se doit de t'aider et de valoriser les activités menées dans son équipe pour faire en sorte qu'elles se passent au mieux et donc de façon productive pour l'entreprise. Un basic du management ! Il faudrait en discuter explicitement avec lui et avec les RH en utilisant le ressenti et le mot "mépris".